TheJaneDoeIdentity-ban

Un film de André Øvredal

(The Autopsy of Jane Doe)

 

/// Année : 2017 /// durée : 1h26 /// Genre : Horreur ///

 Nationalité : Britannique, Américain /// Distributeur : Wild Bunch Distribution

Récompense : 1 prix /// Avertissement : Interdit aux moins de 12 ans ///

 

TheJaneDoeIdentity-affiche

 SORTIE SUR NOS ECRANS LE 31 MAI 2017

----------------------------------------------------

Pour suivre The Jane Doe Identity sur FB

facebook-icone

----------------------------------------------------

Avec : Emile Hirsch, Brian Cox, Ophelia Lovibond

Emile HirschBrian CoxOphelia Lovibond

--------------------------------------------------

Le synopsis :

Quand la police leur amène le corps immaculé d’une Jane Doe (expression désignant une femme dont on ignore l’identité), Tommy Tilden et son fils, médecins-légistes, pensent que l’autopsie ne sera qu’une simple formalité. Au fur et à mesure de la nuit, ils ne cessent de découvrir des choses étranges et inquiétantes à l’intérieur du corps de la défunte. Alors qu’ils commencent à assembler les pièces d’un mystérieux puzzle, une force surnaturelle fait son apparition dans le crématorium...

-------------------------------------------------------------------------

Bande Annonce

THE JANE DOE IDENTITY - Bande annonce #2 VF - au cinéma le 31 mai

 

-----------------------------------------------------------------------------

Une analyse, une critique, un avis !

---------------------

La chronique de Mathilde

 

 

Suite et fin de ma soirée cinéma, « alone in the dark » comme dirait l'autre, consacrée aux films d'horreur : Jane Doe's identity, titre « français » sous-titré par l'original « Jane Doe's autopsy » lors de ma séance, le film d'André Øvredal s'avère être une plutôt bonne surprise. Ultra crispant de bout en bout, l’œuvre a le mérite d'aborder un sujet déjà traité cent fois... Par une approche pour le moins originale !

Nos deux protagonistes, père et fils, médecins légistes, travaillent de concert à l'autopsie d'une jeune fille sans identité qu'ils nommeront Jane Doe, patronyme que l'on attribue traditionnellement aux entités... Sans identité justement. Un peu comme un réalisateur signerait « Alan Smithee » un film qu'il n'assumerait finalement pas pour X raison (financière, parce qu'il le considère à terme comme une daube, par conflit d'intérêt, etc.).

La police locale apporte donc à la morgue ce corps glabre et opalin trouvé sur une scène de crime, dans le but d'élucider le mystère de la mort qui nimbe le cadavre sans nom de la jeune fille...

TheJaneDoeIdentity-OlwenCatherineKelly1

 

Les lieux de tournage se suffisent à eux-mêmes pour créer, installer et entretenir une atmosphère lourde et anxiogène. La morgue-crématorium Tilden occupe les bas-fonds d'une maison tout ce qu'il y a de plus normal, neutre, indifférencié même. Rapidement, le tour d'horizon est effectué pour dévoiler l'environnement clos et sinueux au spectateur, et bien lui faire comprendre que les deux médecins ne sortiront pas d'ici facilement en cas de problèmes ; il faut en effet soulever une lourde trappe, presque debout sur la pointe des pieds, pour s'extirper de la morgue dont la sortie donne sous un sequoia du jardin qui aura, bien sûr, son rôle à jouer.

 

L'autopsie de Jane Doe commence donc au son d'une radio qui alternera entre les nouvelles peu rassurantes d'une tempête qui s'abat sur la ville, et une chanson enfantine dont la ritournelle illustre en quelque sorte ce qu'il est en train d'advenir dans la salle : le diable est parmi nous.

Très vite, Tommy et Austin comprennent qu'un problème ombrage leur enquête organique, et que les tripes de la belle endormie réservent bien des surprises. Notamment que les cellules de son cerveau sont en pleine effervescence. A bon entendeur...

TheJaneDoeIdentity-brianCox-EmileHirsch

Le charcutage se fait sans pudeur, sans gore, sans excès de mise en scène ni de tape-à-l’œil. L'ensemble paraît réaliste, bien fait, provoquant quelque coups d’œil mi-amusés, mi dégoûtés.

L'enquête ne traîne pas en longueur puisque, très vite, l'action se met en place et dessine un schéma rythmique intéressant. La bande-son est travaillée avec soin, et c'est un grand plus pour un film d'horreur. C'est même ici l'un des points-clefs de The Jane Doe Identity, nourrissant une atmosphère déjà savamment mise en place. La musique comme les bruitages et les sons off constituent donc ici vraiment la clef de voûte d'un film de genre qui n'a rien à envier, à part un discret manque d'ambitions, aux succès du même registre.

Mention spéciale à la tradition des médecins légistes qui avaient coutume d'attacher une clochette aux orteils des défunts, pour s'assurer de leur décès ; un son de clochette indiquait alors que le macchabée était en fait dans le coma. Je vous laisse découvrir par vous-même l'exploitation par le réalisateur de cette tradition pour le moins... Pleine de potentiel dans un film d'épouvante.

L'histoire en elle-même -à savoir le pourquoi du comment de la mort de Jane Doe- n'a en soi pas grand intérêt, si ce n'est qu'un bref retour sur les légendes, les sorcières du Moyen âge, les tortures et les sacrifices, reste bienvenu pour ajouter un touche de macabre à l'image de la jeune fille littéralement éclatée sur la table d'autopsie, les boyaux à l'air, la langue tranchée entre ses dents du bonheur, et les yeux grisés par le déclin d'une mort toute relative...

TheJaneDoeIdentity-OlwenCatherineKelly

C'est donc un film assez stressant, crispant, mais qui ne fait pas réellement peur en soi, du moins pas comme on peut s'y attendre. On prend toutefois un malin plaisir à visionner The Jane Doe Identity, à l'inverse d’œuvres qui se prétendent d'épouvante et qui ne valent rien dans ce domaine, à savoir, pour ne citer que lui, It comes at Night (2017).

 

André Øvredal avait déjà réalisé Trollhunter en 2010, petit film norvégien passé quasiment inaperçu et qui, pourtant, rassemble de grandes qualités cinématographiques, à l'instar de The Jane Doe Identity.

Il n'y a plus qu'à espérer que notre réalisateur poursuive sa carrière dans la veine de l'épouvante/horreur, apprenant de ses erreurs, gagnant en expérience, et il y a tout à parier qu'il donnera un jour raison à Stephen King qui disait de The Jane Doe Identity : « Allez y, mais pas seul... ».

 

                                           Mathilde Esperce....

 

Et vous, vous en avez pensé quoi ?

-------------------------------------------------------------------------

Répartition des notes

Icone-La réalisation-small90x90 Icone-Lejeudesacteurs-small90x90 Icone-Scénario-small90x90 Icone-LaBandeSon-small90x90
4/5 3/5 3/5 5/5

La note : 15/20


Les notes du film sur le réseau au 01/07/2017

(Par les téléspectateurs)

Metacritic -------------------- ??/10 pour 111 votants

IMDB -------------------------- 6,8/10 pour 39 950 votants

ALLOCINE ------------------- 3,4/5 pour 604 votants

SensCritique --------------- 6,3/10 pour 11 000 votants

Cinétrafic -------------------- 2/5 pour 4 votants

RottenTomatoes ---------- 3,6/5 pour 8 816 votants 70% ont aimé / Tomatometer à 86% de critique positive


Le box office par JpBox-office au 01/07/2017

? M$ 

Entrées et recettes ...

Démarrage France
90 482
Entrées France 
176 706
Démarrage Paris
24 950
Entrées Paris
43 183

 

Démarrage USA
- $
Etats-Unis
- $
Reste du monde
2 717 911 $
Total Salles
2 717 911 $
Total Video (Ventes)
- $
Total Video (Locations)
- $
Total
2 717 911 $

  ------------------------------------------------------------------

The Jane Doe Identity au meilleur prix

En VOD

Prochainement

EN DVD

Prochainement

 ------------------------------------

BLU RAY

Prochainement

--------------------------------------------------------

Billet de Mathilde Esperce et intégration Sly

Jpbox-officeWild Bunch Distribution

| 42 | IM GLOBAL | 2017 |