ItComesAtnight-ban

Un film de Trey Edward Shults

 

/// Année : 2017 /// durée : 1h37 /// Genre : Horreur ///

 Nationalité : Américain /// Distributeur : Mars Films

/// Avertissement : Interdit aux moins de 12 ans ///

 

It comes at night

 SORTIE SUR NOS ECRANS LE 21 JUIN 2017

----------------------------------------------------

Pour suivre It Comes at Night sur les réseaux sociaux.

facebook-iconeLogo twitterLogo-Instagram

----------------------------------------------------

Avec : Joel Edgerton, Riley Keough, Christopher Abbott, Carmen Ejogo, Kelvin Harrison Jr.

Joel Edgerton

--------------------------------------------------

Le synopsis :

Alors que le monde est en proie à une menace terrifiante, un homme vit reclus dans sa propriété totalement isolée avec sa femme et son fils. Quand une famille aux abois cherche refuge dans sa propre maison, le fragile équilibre qu'il a mis en place est soudain bouleversé.

-------------------------------------------------------------------------

Bande Annonce

It come at night | B.A. VF | 2017

 

-----------------------------------------------------------------------------

Une analyse, une critique, un avis !

---------------------

La critique de Mathilde

 

Vous aviez dit horreur ? 

 

'' Nul à chier ''. Pardonnez la vulgarité mais c'est ce que j'ai entendu à 4 reprises quand la salle de cinéma s'est rallumée à la fin de la séance de It comes at night.

Il faut dire qu'on ne peut décemment pas sortir un film aussi prévisible sous le dénomination '' épouvante-horreur'', tant il n'existe... Aucune scène d'épouvante, ni d'horreur dans ce énième film de ''contamination''.

Sachez que tout est tellement attendu que j'ai deviné que le personnage principal était prof, et son comparse dans le bâtiment, alors même qu'ils n'ont échangé que des regards méfiants et quelques palabres sans grande finalité. Le seul détail imprévisible : que tout serait aussi prévisible. Vdm ?



Rien ne vous sera jamais expliqué dans ce nanard tourné presque en huis-clos  avec des acteurs ''moyens sans plus'', des effets spéciaux sans intérêt, des jumpscare inexistants, une tension latente quasi impalpable.

Vu au cinéma, seule, à l'occasion d'une soirée' '' film d'horreur '' que j'avais peur de m'octroyer depuis un moment, It comes at night finira dans ma mémoire comme l'un de ces films qu'on a vu à un moment oubliable de sa vie, dont on a presque tout oublié à une scène où deux près, et qui se retrouve finalement enfoui entre les souvenirs encore vifs de l'Exorciste (William Friedkin, 1973), et The Ring (Gore Verbinski, 2002).

 

On retiendra vaguement une histoire de clébard malade qui se vide de son sang, massacré par le même mal invisible et indéterminé qui a achevé un vieux grand-père en ouverture, perdu au milieu d'une forêt pas plus glauque qu'un bord de plage.

On s'attend à croiser au moins une créature, une chose tapie dans l'ombre de cette maison perdue dans les bois, ou encore à ce que cet étrange Will soit un bon gros menteur du début à la fin. Mais même le fait que, contre toute attente il n'en soit pas un, déçoit.

L'attente permanente entretient malgré tout un suspense, un espoir indéniable qui ne sera jamais assouvi. Aucune scène, aucune action, aucune apparition '' surprise '' n'a de but ou de finalité dans l'ensemble du film, pas même pour préparer une fin inouïe à la Sixième Sens. Vague exploitation du somnambulisme, des cauchemars et des vadrouilles nocturnes dans la nuit, des visages mutilés qui apparaissent dans toute leur horreur en un demi-tour à une vitesse surnaturelle, le film de Trey Edward Shults ne peut pas non plus se vanter d'un scénario à la hauteur du genre de l'horreur.

Même la bande-annonce ne présageait rien de bon alors pourquoi tomber dans le panneau et aller voir cette bonne daube ? Aucun argument en faveur de la pire nullité de l'année. Pour le moment.

Je pense que The Jane Doe's identityn le prochain film sur ma liste de cette soirée “spéciale horreur”, sera bien flippant, si j'ai la chance que la bande-annonce soit cette fois-ci une bonne promesse... 

 

                                           Mathilde Esperce....

 

Et vous, vous en avez pensé quoi ?

-------------------------------------------------------------------------

Répartition des notes

Icone-La réalisation-small90x90 Icone-Lejeudesacteurs-small90x90 Icone-Scénario-small90x90 Icone-LaBandeSon-small90x90
2/5 2,5/5 2/5 2,5/5

La note : 9/20


Les notes du film sur le réseau au 01/07/2017

(Par les téléspectateurs)

Metacritic -------------------- 5,7/10 pour 111 votants

IMDB -------------------------- 7,1/10 pour 7 858 votants

ALLOCINE ------------------- 2/5 pour 604 votants

SensCritique --------------- ??/10 pour 11 000 votants

Cinétrafic -------------------- 2,15/5 pour 5 votants

RottenTomatoes ---------- 2,6/5 pour 12 986 votants 43% ont aimé / Tomatometer à 87% de critique positive


Le box office par JpBox-office au 01/07/2017

2,4 M$ de budget et une belle rentabilité !

Entrées et recettes ...

Démarrage France
85 708
Entrées France 
85 708
Démarrage Paris
29 994
Entrées Paris
29 994

 

 

Démarrage USA
5 988 370 $
Etats-Unis
13 385 531 $
Reste du monde
575 000 $
Total Salles
13 960 531 $
Total Video (Ventes)
- $
Total Video (Locations)
- $
Total
13 960 531 $
Rentabilité Monde
582 %

  ------------------------------------------------------------------

It Comes at Nigh au meilleur prix

En VOD

Prochainement

EN DVD

Prochainement

 ------------------------------------

BLU RAY

Prochainement

--------------------------------------------------------

Billet de Mathilde Esperce et intégration Sly

Jpbox-office

| A24 | ANIMAL KINGDOM | 2017 |