Un sac de billes-BatisteFeurial-DorianLeClech-ban

Un film de Christian Duguay

 

/// Année : 2017 /// durée : 1h50 /// Genre : Drame ///

 Nationalité : Français /// Distributeur : Gaumont Distribution

/// Tous publics ///

 

 Un sac de billes-Affiche

SORTIE LE 18 JANVIER 2017 SUR NOS ECRANS

----------------------------------------------------

Pour suivre UN SAC DE BILLES sur les réseaux sociaux.

logo-webfacebook-iconeLogo twitterLogo-Instagram

------------------------------------------------------ 

Avec : Dorian Le Clech, Batyste Fleurial, Patrick Bruel, Elsa Zylberstein, Kev Adams, Christian Clavier, Bernard Campan

 

 

--------------------------------------------------

Le Synopsis :

Dans la France occupée, Maurice et Joseph, deux jeunes frères juifs livrés à eux-mêmes, font preuve d’une incroyable dose de malice, de courage et d’ingéniosité pour échapper à l’invasion ennemie et tenter de réunir leur famille à nouveau.

-------------------------------------------------------------------------

Bande Annonce

Un sac de billes | une sélection BienChoisirSonFilm

-----------------------------------------------------------------------------

Un avis, une analyse ou une critique ...

------------------------ 

La chronique de Sly L.

 

   C'est la pupille encore humide et le coeur serré que je vous écris ses quelques lignes.

 

Un sac de billes de Joseph Joffo, roman autobiographique parut en 1973, porté à l'écran en 1975 par Jacques Doillon et qui a rencontré un succès indéniable, plus d'un million de spectateurs s'étaient déplacés dans les salles. C'est au tour de Christian Duguay de s'intéresser de près à ce récit, après avoir lu le roman et rencontré son auteur, le réalisateur, touché par les mots de Joseph Joffo, entrevoit très facilement ce lien entre l'ouvrage et le cinéma qu'il aime traiter. 

Envoûté par le point de vue des enfants, Christian Duguay, inspiré, développe donc un personnage important de l'ouvrage, "le père", évoqué, certes, mais loin d'être le fil conducteur du récit. En effet, il a ressenti dans la voix de l'écrivain une profonde émotion et donc une possibilité d'apporter un autre regard.

On pensait avoir tout vu sur les atrocités de la seconde guerre mondiale, les déportations et les agissements des collabos. On peut même dire que le 7ème art regorge d'oeuvres magistrales sur cette période, nombreux sont les films qui  nous ont fendus le coeur, émus aux larmes et recouvert le corps de frissons. Que ce soit Le Pianiste, de Roman Polanski (2002), La liste de shindler, de Steven Spielberg (1993) ou encore La vie est belle, de Roberto Benigni en (1998), l'holocauste au cinéma a déjà provoqué inévitablement beaucoup d'émotions. Et bien, sachez, qu'il en est de même pour Un sac de billes, Christian Duguay a mis en scène les prémices des actions antisémites Allemande, utilisant le jeune Joseph, âgé de 10 ans, comme narrateur de cette histoire profondément belle et triste. Le récit est à la fois dur par sa véracité, mais aussi porteur de message fort, dans la lignée de Mr Batignole (2002) de Gérard Jugnot.

 

Un sac de billes-PatrickBruel

Je n'ai pas lu le livre et ne peux donc pas faire de rapprochement entre l'oeuvre littéraire et l'oeuvre cinématographique. Une chose dont je suis certain, c'est que l'on ne peut pas être insensible aux parcours de Joseph (Dorian Le Clech) et Maurice (Batyste Fleurial), de même, pour la décision de Roman, le père, dont l'interprétation de Patrick Bruel est parfaite. La clé de voûte du film est bien là ! Ce qu'a voulu souligner Christian D. est sans aucun doute, la relation Père fils, l'importance de la droiture, de l'honneur ou encore de la fierté, des valeurs transmises à ses fils depuis toujours, jusqu'au jour fatidique où il demandera à ses enfants de mettre de côté certaines de ces qualités pour rester en vie, avec une scène mémorable, d'une tristesse insoutenable et désormais inoubliable, la séquence de la gifle !.

 

Un sac de billes-BatisteFeurial-DorianLeClech-PatrickBruel

Un premier rôle réussi et pas des moindres pour le jeune Dorain Le Clech et c'est peu de le dire, la naïveté, l'insouciance et l'innocence du jeune acteur ont sûrement été des atouts de poids pour incarner Joseph. Il y a même quelques répliques parfaitement placées et données sur un ton plus que juste pour nous faire sourire, je pense notamment à la scène sur le marché, que j'ai trouvé plaisante à regarder.

Les quelques longueurs parsemées ici et là, ralentissent un tant soit peu le film, mais bien évidemment, vous n'êtes pas venus voir un film d'action ;) et puis, franchement, c'est loin d'être insurmontable. Il y a cependant, plusieurs passages, mal exploités, voire pas du tout, comme par exemple, un petit manque concernant le voyage des parents, peut-être pas d'information , de budget sûrement ou tout simplement un choix pour ne pas rallonger le film avec des scènes supplémentaires qui n'auraient peut-être pas apportées satisfactions, tout compte fait !...

 

Un sac de billes-photo-SalonJoffo

Tous les plans sont soignés et un me vient à l'esprit et mérite de s'y attarder, quand Roman patron du salon de coiffure Joffo, accueil deux militaires Allemands avec tout le respect qui le caractérise. A faire fuir un habitué, il coiffe l'un deux, l'autre étant entre les mains de son employé. Il entretient une conversation comme il en a l'habitude avec tous ses clients, puis, lorsque le mot Juif est prononcé, le blanc, un silence, un regard froid, une atmosphère glaciale se fait ressentir dans tout le salon, mais Roman Joffo, sous les yeux inquiets de ses enfants continue son oeuvre et tout en dégageant le coup de ce gradé à l'attitude désagréable, il saisit sa lame de rasoir et marque un temps d'arrêt, en suspens au-dessus de sa nuque, on sent bien la folle envie de commettre l'irréparable... Le cadrage est parfait, cet instant suspendu marqué par le réal. en dit long, tout comme la réplique qui suit d'ailleurs !

Pour conclure, Un sac de billes, c'est une histoire vécue, poignante et contée de la plus jolie des façons. On est pris d'empathie pour Joseph et Maurice tout le long, l'émotion est pure et les glandes lacrymales sont belle et bien sollicitées. Mention spéciale pour Kev Adams, un petit rôle vraiment surprenant, comme la participation de Christian Clavier et Bernard Campan, on ne les attend pas du tout dans ce registre.

Bref, vous l'aurez compris, le long métrage de Christian Duguay, faut le voir !

 

                                                   Sly L. ....

 

(Si vous n'êtes pas d'accord avec cette analyse, exprimez-vous en commentaire avec vos arguments.)

-------------------------------------------------------------------------

Nouveaux critères de notation

Icone-La réalisation-small90x90

Icone-Lejeudesacteurs-small90x90 Icone-Scénario-small90x90

Icone-LaBandeSon-small90x90

4/5

3,5/5 4/5

3,5/5

La Note :  15/20


Les notes du film sur le réseau au 01/02/2017

(Par les téléspectateurs)

Metacritic --------------------  /10 pour   votants

IMDB --------------------------- 7,2/10 pour 73 votants

ALLOCINE ------------------- 4,2/5 pour 979 votants

SensCritique --------------- 6,5/10 pour 363 votants

Cinétrafic -------------------- 5/5 pour 3 votants

RottenTomatoes ----------  /5 pour   votants


Le box office par JpBox-office au 01/02/2017

18,2 M€ de budget

 

ENTREES
Démarrage France
406 076
Entrées France 
717 531
Démarrage Paris
76 775
Entrées Paris
110 669
 
Rentabilité France
26 %

   

 --------------------------------------------------------

Billet et intégration Sly

Sources : AllocinéJpbox-officeGaumont

| QUAD FILMS | MAIN JOURNEY | GAUMONT | TF1 FILMS PRODUCTION | FORECAST PICTURES | FILMS IDL

LA COMPAGNIE CINEMATOGRAPHIQUE | PANACHE PRODUCTIONS | PROXIMUS | OKKO PRODUCTIONS | 2017 |